Le forum des intelligents

PortailPortail  AccueilAccueil  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Un problème ?

Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaire

Partagez | 
 

 Le progrès et la science

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Professeur Admin
Professeur Admin
avatar

Féminin Messages : 72
Activités : 157
Réputation : 7
Date d'inscription : 27/10/2009
Localisation : Manouba Tunisie

MessageSujet: Le progrès et la science   Mar 25 Mai - 0:25

Aperçu du corrigé : Peut-on définir l'homme par la technique ?

Jean-Jacques Rousseau fait une généalogie de la progressions de la technique dans la vie humaine en fonction de l'appartition de nouvelles nécessités : "À mesure que le genre humain s'étendit, les peines se multiplièrent avec les hommes. La différence des terrains, des climats, des saisons, put les forcer à en mettre dans leurs manières de vivre. Des années stériles, des hivers longs et rudes, des étés brûlants, qui consument tout, exigèrent d'eux une nouvelle industrie. Le long de la mer et des rivières, ils inventèrent la ligne et l'hameçon et devinrent pêcheurs et ichtyophages. Dans les forêts, ils se firent des arcs et des flèches et devinrent chasseurs et guerriers. [...] Dans ce nouvel état, avec une vie simple et solitaire, des besoins très bornés et les instruments qu'ils avaient inventés pour y pourvoir, les hommes jouissant d'un fort grand loisir l'employèrent à se procurer plusieurs sortes de commodités inconnues à leurs pères ; et ce fut là le premier joug qu'ils s'imposèrent sans y songer et la première source de maux qu'ils préparèrent à leurs descendants ; car outre qu'ils continuèrent ainsi à s'amollir le corps et l'esprit, ces commodités ayant par habitude perdu presque tout leur agrément, et étant en même temps dégénérées en de vrais besoins, la privation en devint beaucoup plus cruelle que la possession n'en était douce, et l'on était malheureux de les perdre, sans être heureux de les posséder." Mais qu'est-ce que la technique ? La technique est un art humain qui consiste à une utiliser diverses méthodes en vue d'une modification de son environnement pour l'adapter à ses besoins ou même a ses désirs. C'est un savoir faire capable d'améliorer les conditions de vie, de les facilités, de faire progresser l'homme. La technique appartient-elle à la nature humaine ? Est-elle l'élément constitutif de la nature humaine, son être? Comment penser le rapport de l'homme à la technique?
C'est pourquoi la technique est au fondement de la nature humaine. Mais si elle a un rôle clé dans l'émergence de l'humanité, peut-on dire pour autant qu'elle est l'essence de la nature humaine ? II. La technique permet à l'homme d'étendre son pouvoir d'agir sur le monde, c'est pourquoi elle répond à un besoin naturel et fondamental, celui de domination des forces naturelles; c'est en ce sens que Marcuse (Culture et Société, 1965) écrit que « Ce n'est pas seulement son utilisation, c'est bien la technique elle-même qui est déjà domination (sur la nature et sur les hommes), une domination méthodique, scientifique, calculée et calculante. » III. La technique est donc ce qui permet à la nature humaine d'être, en acte, et non plus seulement en puissance, dans la mesure où celle-ci lui permet de se libérer de la nature et de s'élever au delà des nécessités matérielles, comme le souligne Bergson : "L'homme ne se soulèvera au-dessus de la terre que si un outillage puissant lui fournit le point d'appui. Il devra peser sur la matière s'il veut se détacher d'elle. En d'autres termes, la mystique appelle la mécanique. On ne l'a pas assez remarqué, parce que la mécanique, par un accident d'aiguillage, a été lancée sur une voie au bout de laquelle étaient le bien-être exagéré et le luxe pour un certain nombre, plutôt que la libération de tous. Nous sommes frappés du résultat accidentel, nous ne voyons pas le machinisme dans ce qu'il devrait être, dans ce qui en fait l'essence.
L'Homme, la technique et la nature
Submitted by Philippe Bourlitio on Fri, 28/09/2007 - 00:42.
La science viendra-t-elle à bout des maladies, des pollutions et de la faim dans le monde ? Certains en sont convaincus. Pour ceux-là, nano et biotechnologies fourniront les remèdes de demain. Certes on ne peut nier les avancées que la science a permises en termes de santé, d'espérance de vie et de confort. Mais d'autres tirent la sonnette d'alarme et tentent de s'opposer à cette vision d'une science salvatrice qu'ils qualifient au mieux d'utopie technologique au pire de mascarade justifiée par la seule croissance économique qu'elle assure. Ils expliquent en effet que la science, ou plutôt la technoscience, est aujourd'hui invoquée pour fournir des solutions à des problèmes qu'elle a elle-même induit.

Typiquement, ce sont les pratiques de l'industrie et de l'agriculture intensive qui sont pointées du doigt. On cherche des solutions techniques sans jamais songer à revoir les pratiques en cause, sans examiner des solutions alternatives moins sophistiquées. Les OGM sont de bons exemples de cette logique. Ainsi, le maïs Bt est conçu pour résister à un parasite, la pyrale, en produisant lui-même l'insecticide adéquat. Mais ce parasite est devenu problématique à cause du développement de la monoculture. Il semble qu'il ne pose pas de problème avec des pratiques plus traditionnelles (rotation des cultures notamment). Que dire de la solution « Terminator » proposée par la firme Monsanto ? Ce projet consistait à rendre stériles les plantes transgéniques dans le but louable de ne pas contaminer les cultures voisines et ne pas risquer de boulversement des écosystèmes. Il a provoqué une levée de bouclier car il aurait asservi définitivement les agriculteurs. Que dire encore des porcs transgéniques aux déjections moins polluantes imaginés pour protéger les eaux de surface et les nappes phréatiques contre les pollutions phosphatées provenant des élevages ? Ne serait-il pas plus judicieux de récupérer et de traiter les lisiers ? Ces trois cas illustraient les propos de Christian Vélot, maître de conférence en génétique moléculaire et membre d'ATTAC, dans un récent débat de la Fondation sciences cioyennes. Usant de la dérision pour détendre l'atmosphère et enfoncer le clou, il terminait en proposant de créer des hommes transgéniques sans appareil génital pour régler définitivement le problème des maladies sexuellement transmissibles (MST). Avec les nanotechnologies, la même logique est à l'oeuvre. Il suffit de voir les promesses qui sont diffusées quotidiennement sur les sites spécialisés (voir par exemple [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en anglais) : dispositif nanoscopique permettant la libération d'un médicament ou d'un vaccin à l'endroit et au moment approprié dans le corps, « laboratoire sur puce » pour diagnostic médical ultra rapide, matériaux de construction aux propriétés dépolluantes...
Comme l'expliquent Françoise Roure et Jean-Pierre Dupuy dans leur rapport intitulé Les nanotechnologies : éthique et prospective industrielle, ce sont deux visions du rapport à la nature qui s'affrontent : D'un côté, l'écologie profonde fait de la nature un modèle immuable d'équilibre et d'harmonie, et de l'homme un prédateur irresponsable et dangereux. De l'autre, le projet humaniste moderne vise à arracher l'homme à la nature et à le rendre maître et possesseur du monde et de lui-même. Dans un cas la "transgression" est vilipendée, dans l'autre elle est revendiquée..
Alors, l'Homme doit-il respecter la nature, au motif qu'il n'arrivera jamais à maîtriser sa complexité ou simplement parce que ce n'est pas éthiquement admissible ? Ou a-t-il le droit de la domestiquer jusqu'à en faire un environnement adapté à ses exigences de confort et ses prétentions d'espèce supérieure ? Et la question ne se limite pas à l'environnement. De par sa capacité technique, l'Homme est désormais capable de modifier sa propre nature, ses propres caractéristiques. Le recours à la chimie a conduit au dopage. La science fiction nous montre ce qu'on pourrait faire de la thérapie génique, des implants cybernétiques (facilités par les nanotechnologies)... Et c'est clairement le projet du mouvement transhumaniste.
Entre les deux extrêmes proposés précédemment, une position intermédiaire peut-elle exister ? Pensez par exemple au projet de piégeage du dioxyde de carbone pour lutter contre le réchauffement climatique. Sans doute l'urgence de la situation peut-elle justifier d'avantage le recours à une solution technologique. Mais où placer la limite ? À moins que la connaissance des processus intimes du vivant et de la matière conduise un jour à faire tomber la frontière entre naturel et artificiel, relégant aux oubliettes le conflit entre pro et anti-technologie...

Le progrès
Submitted by Philippe Bourlitio on Fri, 01/09/2006 - 00:18.
Qu'évoque pour vous la notion de « progrès » ? Quelle définition en donneriez-vous ? Selon vous, est-il encore associé aux progrès scientifiques et techniques ?
Le progrès scientifique est longtemps resté synonyme de progrès social. Mais aujourd'hui, ce principe est fortement remis en question. On constate que les craintes enflent autant que les promesses à mesure que les sciences et les techniques nous permettent d'approcher et de contrôler le coeur de la matière (nucléaire, nanotechnologies) et de la vie (OGM, clonage). En France, les crises sanitaires qui se sont succédées depuis vingt ans n'y sont pas pour rien. Dans ces conditions, il nous a semblé intéressant d'ouvrir la discussion sur le sens que recouvre le mot « progrès » aujourd'hui. Au plaisir de vous lire.
Si vous cherchez quelques ouvrages sur le sujet, vous pouvez consulter la bibliographie réalisée par le Forum départemental des Sciences (CCSTI du Nord) dans le cadre de son exposition « Images du progrès » en 2001.
« Le progrès et l'innovation sont nécessaires à l'agriculture française pour en assurer la pérennité et la compétitivité [...]. Il est temps d'adopter une attitude responsable, basée sur la science, pour une utilisation raisonnée des plantes et des produits alimentaires issus des biotechnologies et au nom d'une légitime aspiration au progrès. » Monsanto dépêche citée par Agrisalon le 17 août 2004.
« La révolution des OGM est un progrès indispensable » Etienne-Emile Baulieu, Professeur honoraire au Collège de France et scrétaire perpétuel de l'Académie des sciences, Le Monde 22 octobre 2003. Ces propos étaient repris de son allocution devant les autres académiciens sur « Changement et progrès ».
« Le principe de progrès doit continuer à guider l'humanité et .../... si la prévention et la biovigilance se justifient, le principe d'inaction ne saurait être la seule traduction du principe de précaution. » Jean-Yves Le Déaut, Député de Meurthe-et-Moselle, vice-président de l'Office Parlementaire des Choix Scientifiques et Techniques (OPECST), et président de deux commissions parlementaires ayant rendu des avis (très favorables) sur les OGM. Le texte complet doit pouvoir se retrouver sur son site et a été publié dans le numéro 9 de la revue Plantes transgéniques des « professionels des semences et de la protection des plantes » (comprendre des insecticides, des fongicides, ... !).
« The pioneer spirit is still vigorous within this nation. Science offers a largely unexplored hinterland for the pioneer who has the tools for his task. The rewards of such exploration both for the Nation and the individual are great. Scientific progress is one essential key to our security as a nation, to our better health, to more jobs, to higher standard of living, and to our cultural progress.» (V. Bush)
Selon Jean-Jacques Salomon, l'esprit de ce rapport est "Tout ce qui est bon pour la science est bon pour la société". Il y défend que la science, après la conquête de l'ouest et l'industrialisation était la prochaine frontière. Salomon continue en disant que ce rapport a été la source de la notion de nature linéaire de l'innovation : que la science, en elle-même, est la force qui amène le progrès technique, et que la science est donc cruciale pour réussir les objectifs de la nation dans tous les domaines de compétence gouvernementale.
« Ils ne parviendront pas à bloquer notre marche vers l'avenir » Josef Goebbels 21 juin 1934 pour critiquer ceux qui s'opposent aux nazis. Il invoque donc l'avenir pour justifier n'importe quoi.. Rudolph Hess dit aussi, le 24 juin1934 : « Celui qui a confiance en nous nous soutient. Quiconque s’oppose à nous devra le payer de sa vie ! ». C'est exactement la définition du fascisme : l'union fait la force et celle-ci doit être obtenue par tous les moyens. Y compris par la force contre ceux qui seraient en désaccord avec les tenants du pouvoir. Autant dire que la liberté vient toujours loin derrière la force !
« Les pertes d'emploi dues aux délocalisations sont faibles. La véritable cause de la baisse des effectifs dans l'industrie, c'est le progrès technique. » Guillaume Daudin, économiste à l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) 20 minutes 5 juillet 2005.
Revenir en haut Aller en bas
http://intello.jeunforum.com
Ska92is4you
Etudiant Admin
Etudiant Admin
avatar

Masculin Messages : 450
Activités : 766
Réputation : 24
Date de naissance : 05/10/1992
Date d'inscription : 22/11/2009
Age : 25
Localisation : Tunisie

MessageSujet: Re: Le progrès et la science   Jeu 19 Aoû - 3:21

J'approuve le texte a 60%
Revenir en haut Aller en bas
http://intello.jeunforum.com/
Slim
Etudiant
Etudiant
avatar

Masculin Messages : 180
Activités : 192
Réputation : 8
Date de naissance : 12/09/1992
Date d'inscription : 24/03/2010
Age : 25
Localisation : Tunis

MessageSujet: Re: Le progrès et la science   Ven 20 Aoû - 1:45

Waw un très bon document bien expliquer bon je vais rien ajouter
Mais juste un avis dans toute chose de la vie il y a le bien et le mal et l'humain avec son petit cerveau doit distinguer entre ces deux choses Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
taha maalawi
Etudiant
Etudiant
avatar

Masculin Messages : 40
Activités : 40
Réputation : 0
Date de naissance : 25/05/1992
Date d'inscription : 29/12/2009
Age : 25
Localisation : Tunisie

MessageSujet: Re: Le progrès et la science   Sam 6 Nov - 14:15

Un Tres long Texte ! mais il explique bien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le progrès et la science   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le progrès et la science
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actualités: Le bonheur fait des progrès dans le monde
» Le progrès
» progrès de mon boutchou
» Michel et l'AMRL en vedette dans "Le Progrès"
» Les progrès de la médecine sous le Second Empire....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des intelligents :: A vos crayons ! :: Exercices :: Français-
Sauter vers:  

Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Lycée